Il y a deux ans de cela environ, je vous expliquais sur ce blog ô combien j’aimais le mind mapping et pourquoi j’avais choisi l’outil en ligne MindMeister.
Depuis, je n’ai pas changé d’avis d’un iota, bien au contraire : j’utilise de plus en plus les cartes mentales (aussi appelées cartes heuristiques). Je n’ai pas non plus changé d’outil, bien qu’on m’en ait présenté d’autres (je suis toujours ouverte aux propositions d’ailleurs, n’hésitez pas 🙂
Bref, ce format me plait énormément car il permet de gagner du temps et d’aller à l’essentiel à la fois au moment de la création du document mais aussi lors de sa lecture, et ce sans en perdre le sens : la carte mentale laisse la place à toutes les informations qu’elle contient (à la différence d’un bon vieux document Word, qui retiendra notre attention sur les premières pages et beaucoup moins sur les suivantes).


Nous avons recours à ce format quasi quotidiennement chez L’Œil au Carré : Camille, notre content manager, l’a découvert à son arrivée et l’a très rapidement adopté pour préparer ses tutoriels vidéos ou les sujets un peu complexes qu’elle doit traiter.
Pour ma part, je l’utilise dans presque tous mes livrables, par exemple :

  • pour la veille concurrentielle, dans sa phase d’analyse en peaufinant au fil de l’eau mes fiches, ou plutôt « maps » sur les concurrents surveillés
  • pour créer nos cartographies des leaders d’opinion (nous préférons d’ailleurs l’expression « relais d’intérêt » 🙂
  • ou encore pour nos formations

C’est dans ce dernier cas que je me sers le plus des mind maps, à la fois pour laisser des lectures complémentaires et autres liens intéressants aux participants, mais aussi en tant que support de présentation.
Pour limiter le recours au bon vieux PowerPoint bourré de texte, j’utilise donc MindMeister, qui a en plus eu la bonne idée d’ajouter une fonctionnalité diaporama à la Prezi.
Mais comme une image vaut mille mots, vous pourrez voir en ligne un exemple concret de support utilisé lors de nos formations. Pour lancer la lecture, il vous faudra cliquer sur « Start Slideshow » en bas en gauche, comme indiqué sur l’image ci-dessous (puis d’utiliser les flèches droite et gauche de votre clavier pour avancer ou reculer dans votre lecture) :

Même si de prime abord ce format ne parait pas très intuitif, il est au contraire très facile à adopter. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien qu’on utilise en français l’expression carte mentale ou carte cognitive : il s’agit d’une projection mentale, formulée en mots, qui favorise à la fois la créativité tout en permettant de structurer ses pensées, de les rendre accessibles non seulement à soi mais aussi aux autres… alors, convaincus ?