2010 touche déjà à sa fin, et L’Œil au Carré soufflera bientôt sa première bougie (!). L’occasion pour moi de faire le point sur l’année passée, en commençant par ce blog.
Pour la petite histoire, le blog de L’Œil au Carré a été créé en mars 2007 et s’appelait alors L’Œil sur le Net. Après une ou deux périodes de creux, je me suis réinvestie à 200% en septembre 2009.
En janvier, j’ai créé L’Œil au Carré et, logiquement, mon blog pro a adopté ce nouveau nom.
Au début un peu timide (on ne sait pas vraiment comment se positionner, on tâtonne), j’ai progressivement pris plus de liberté dans mes billets, pour glisser de la position de relayeuse d’information à celle de productrice de contenu.
Évidemment, lorsque j’ai relancé ce blog en 2009, j’avais déjà en tête mon projet de création d’entreprise.
Tenir un « journal de bord » m’a permis à ce moment là de mettre à plat mes idées, mes pratiques, et de les partager. Aujourd’hui, je partage davantage de réflexions, d’outils ou de méthodos, et je profite aussi de ce blog pour prendre du recul sur mon cour de métier, la veille, et l’expliquer de façon simple.
En regardant les stats de visites sur mon site, il est clair que ce sont les billets les plus explicatifs, ceux qui reprennent les bases, qui rencontrent le plus de succès.

Number 3 : Cartographie des principaux types de veille

Il est toujours difficile de ranger des concepts dans des cases, c’est aussi le cas pour la veille et ses ramifications.
Au travers de cette carto, j’ai tenté de représenter les principales familles de veille (concurrentielle, technologique, image…) et de synthétiser pour chacune d’entre elle leur finalité, leurs objectifs, et quelques pistes méthodologiques.
Pas de surprise, cette cartographie a plu car elle permet de visualiser rapidement les différents types de veille, mais aussi comment s’y prendre pour surveiller tel ou tel sujet.
Je crois aussi qu’elle répond aux questions d’un public de plus en plus nombreux à s’intéresser à la veille. Il est donc essentiel de savoir de quoi on parle et surtout de rester concret.

Number 2 : Outils de veille : de la difficulté de faire le bon choix

Ce billet rejoint ce que j’écrivais pour le précédent. J’ai tenté de répondre aux questions qui reviennent le plus souvent (notamment quel outil utiliser), tout en y apportant ma modeste opinion : l’outil magique n’existe pas.
Et surtout, le problème est pris à l’envers, puisqu’il faut d’abord se poser la question de ce qu’on cherche (les axes de veille) et de comment le chercher (la méthode) pour ensuite choisir ses outils.
Et puis, je vous avoue avoir du mal à entendre le discours de certains éditeurs, qui promettent la lune (cet outil fera tout tout seul) et utilisent des termes tendances sans pour autant les respecter vraiment (outil d’e-réputation plutôt que moteur de recherche d’actualités, pour ne citer qu’un exemple 😉
Enfin, le problème du choix de l’outil ne touche pas uniquement les entreprises qui souhaitent se lancer dans la veille. Les professionnels ont eux aussi du mal à trouver  chaussure à leur pied (et ont un peu honte de dire qu’ils utilisent des outils gratuits).

And the winner is : La définition du jour : médias sociaux & réseaux sociaux

J’écris certains billets pour partager mes expérimentations (comme MindMeister ou Hootsuite), en réaction à un évènement ou une actualité (par exemple suite à un article de Télérama), ou tout simplement parce-que je me pose moi-même une question.
C’était le cas pour la différence entre médias sociaux et réseaux sociaux : on sent bien qu’il ne s’agit pas de la même chose, on y associe certains concepts, mais de là à en avoir une idée précise… J’ai donc fait part de mes recherches. Et j’ai constaté que je n’étais pas la seule à me poser cette question !

Bloguer, une expérience à tenter !

Un dernier mot sur le fait de tenir un blog : effectivement, cette démarche prend du temps (surtout au début), mais le jeu en vaut vraiment la chandelle.
D’une part parce-que c’est un très bon exercice de prise de recul sur soi, l’objectif principal étant quand même qu’on nous comprenne (à quoi bon tenir des propos incompréhensibles pour des non initiés, et parfois même pour les pros eux-mêmes).
D’autre part, le blog est un très bon moyen de se construire un réseau et d’asseoir un peu plus son expertise (et donc son e-réputation, le graal des temps modernes 🙂
Tenir un blog m’a apporté à bien des égards, tant personnellement que professionnellement… il faut juste se lancer ! Et c’est quelqu’un qui n’y croyait pas du tout début 2007 qui vous parle…
Bonne fin de semaine à tous !