C’est avec enthousiasme que j’ai acheté Le guide de l’influence, notamment parce-que je trouvais son sommaire alléchant :
– Théorie de l’influence : le hub
– Méthode de l’influence : le hub management
– L’influence en pratique (six cas de hub management)
– L’avis des experts
– Les 101 mots de l’influence
Pourtant, j’ai été globalement moins emballée par son contenu, que j’ai trouvé parfois rébarbatif et redondant sur la partie théorie, et pas assez complet sur la partie pratique (énumération très rapide des outils, alors que ce point est particulièrement important), sans parler des multiples coquilles dans le texte, mais ça c’est du détail 😉
Autre regret, le chapitre « avis des experts » loupe (à mon avis) le coche : plutôt que de vraiment partager leurs expériences, ratées ou réussies, ou de donner de bons conseils, ceux-ci s’affairent davantage à mettre en avant leur société… dommage !
Ceci dit, l’approche de ce livre est intéressante sur le fond. En quelques mots, Vincent Ducrey entend par hub « la zone de concentration de l’influence, dans laquelle se situent l’ensemble des relais de l’information qui font autorité« . En découlent notamment le hub management et le hub générationnel.
C’est ce dernier point qui m’a intéressé, et la schématisation des habitudes de consommation des médias :

J’ai trouvé cette représentation très juste (en tout cas, en ce qui me concerne 😉
Les différentes familles de consommateurs sont donc :
– La génération silencieuse (plus de 65 ans), très attachée aux médias traditionnels (TV, radio, presse) ;
– Les baby-boomers (45-65 ans), qui utilisent de préférence les médias traditionnels (radio en tête), mais aussi internet (utilisation basique) ;
– La génération X (30-45 ans), technophile et consommatrice de tous types de médias, avec une préférence pour le web ;
– La génération Y (18-30 ans), férue des usages mobiles et très active sur le web (avec une forte tendance à mélanger vie privée et vie publique) ;
– La génération Z (moins de 18 ans), née dans le bain du web 2.0, moins curieuse des innovations dans ce domaine (utilisation de Skyblog plutôt que de Twitter), et qui accorde beaucoup d’importance aux opinions de ses amis.
Même s’il s’agit d’un panorama général, avec les approximations que cela représente de mettre des gens dans des cases, cette représentation permet de mieux comprendre chaque génération, en adaptant à la fois son message et les canaux choisis (je pense tout particulièrement aux réseaux sociaux).
Si vous souhaitez en savoir plus, le Journal du Net a récemment publié des extraits du Guide de l’influence.
Merci à Vincent Ducrey pour m’avoir autorisé à reproduire l’image « Associez génération et canaux de communication ».