Collecter des infos c’est bien… les partager c’est mieux !

Après avoir réalisé votre veille et collecté les informations les plus intéressantes, vient le temps d’organiser vos connaissances pour les partager plus facilement. S’il existe une multitude d’outils pour y parvenir (Diigo notamment), j’ai (re)découvert un super service pratique, intuitif et au look sympa (et Français), j’ai nommé Pearltrees.

Ce n’est pas un nouveau venu dans la galaxie Internet puisque Pearltrees a ouvert en mars 2009. Il permet de sauvegarder ses signets, qu’on appelle (Pearl) dans des branches qui forment ensuite des arbres (Trees). Un moyen simple, facile et ludique pour à la fois archiver des informations, les organiser, les trier et les partager.

Utilisé dans des contextes très différents (éducation, veille, organisateur d’idée), Pearltrees est, pour moi, plus qu’un outil de curation et se positionne plutôt comme un mélange entre le social bookmarking et le mind mapping.

pearltrees-logo

Intuitif et collaboratif

L’objectif de Pearltrees est de créer des branches thématiques pour y ajouter des perles, qui sont en faite des pages web archivées. Petit à petit, ces branches forment un arbre (qu’on appelle aussi Pearltrees) dans lequel on navigue au gré des clics de souris. Voici par exemple le Pearltrees d’Info Veille :

Les idées ainsi organisées vous permettent de retrouver facilement les contenus sélectionnés. Il n’y a pas de système de tag pour simplifier les recherches : il faut donc veiller à ranger les perles au bon endroit et à bien construire ses thématiques et sous thématiques afin de ne pas s’y perdre.

Le côté collaboratif est largement présent. Vous pouvez naviguer dans les Pearltrees voisins en un clic ou deux et prendre les perles que des internautes auront préalablement sélectionnées. Ainsi, chacune de vos perles peut être (re)partagée dans un autre Pearltrees et vous serez avertis si d’autres utilisateurs ont « perlé » les mêmes liens que vous.

Un moteur de recherche est également mis en place même si je ne le trouve pas des plus performants : il n’y a pas de paramètres de recherche avancés et les requêtes permettent uniquement de rechercher soit un Pearltrees dans la communauté, soit une de ses propres perles soit un utilisateur.

Enfin, the last but not least, j’aime beaucoup la dimension participative de l’outil : vous pouvez facilement créer des « équipes » de recherche en connectant votre compte à Twitter ou Facebook, en incluant d’autres utilisateurs à votre Pearltrees ou en les invitant par mail. Ainsi, dans le cadre d’une veille pour une entreprise, les collaborateurs peuvent participer activement au projet et ajouter leurs propres trouvailles.

Plutôt que de vous expliquer de fond en comble comment fonctionne Pearltrees, je vous laisse visionner ce slideshare qui apporte de nombreuses précisions utiles.

Énième outil de curation ou petite révolution ?

« Mais à quoi donc peut servir Pearltrees ? » est la question qui revient le plus souvent lors de la découverte du service. Comme lorsqu’on teste Twitter la première fois en somme : tant que l’occasion de l’utiliser ne s’est pas présentée, le fonctionnement et l’intérêt de l’outil sont obscurs.

Or, s’il s’agit d’un outil de curation comme il en existe beaucoup, je trouve Pearltrees très différent de Scoopt-it ou autre Paper.li. Les liens archivés sont plus simples à organiser, à retrouver et à réutiliser grâce au rangement des perles dans des branches thématiques. Il est relativement facile de balayer d’un coup d’oeil le contenu d’un Pearltrees si ce dernier est bien construit.

Comme je vous le disais d’entrée, le service est pour moi à la limite entre le social bookmarking et le mind mapping. Côté social bookmarking, Pearltrees facilite la sauvegarde de ses liens favoris. Côté carte heuristique : il permet d’organiser ses idées et de les hiérarchiser (puisqu’il est possible de créer des niveaux et sous niveaux) et de les présenter logiquement pour les rendre plus intelligibles.

Dans le cadre d’une veille, si la recherche d’information est une expérience peu agréable (le moteur de recherche interne n’est pas des plus pratiques et naviguer d’un Pearltrees voisin à l’autre est fastidieux dans une veille quotidienne), il est cependant utile dans les autres étapes du processus : archiver, trier et partager.

Pour un usage professionnel, Pearltrees est une vitrine qui permet de partager l’actualité de votre entreprise ou ses centres d’intérêt. En interne, la solution premium permet de rendre les Pearltrees privés. L’outil peut donc servir dans le cadre d’une veille interne ou pour présenter les informations et les données indispensables à chaque collaborateur.

Finalement, si l’outil n’est pas parfait, il reste pratique à utiliser. J’y vois cependant un danger : il est tellement facile de passer d’une thématique à l’autre et de tomber sur des contenus inédits que Pearltrees peut vous emmener loin, voire très loin, de ce que vous étiez venu chercher à la base.

A propos de l'auteur :


2 Commentaires

  1. Certes, c’est un outil formidable, qui nous emmène loin, très loin, parfois trop ! Très chronophage, mais passionnant.J’ai un peu de mal à créer un pearltrees, mais bon, là encore, il faut prendre le temps de s’approprier l’outil, normal.

    Répondre
  2. J’utilise Pearltrees depuis quelques semaines; j’aime bien mais j’ai perdu tous les commentaires inscrits en réorganisant mes branches.

    Répondre

Trackbacks/Pingbacks

  1. Rechercher des informations sans Google - Blog de L'Œil au Carré - […] Diigo pour profiter des ressources collectionnées et publiées par les spécialistes du domaine qui vous […]

Envoyer un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *